Argentine : Bouche ouverte pour la communion ? Séminaire fermé !

08/25/2020

Argentine : Bouche ouverte pour la communion ? Séminaire fermé !

La fermeture du séminaire du diocèse de San Rafael soulève l’incompréhension. Ce n’est pas le manque de vocations ou de personnel enseignant qui en est la cause, mais le refus du clergé de suivre une décision de l’évêque, Mgr Eduardo Maria Taussig.

Le porte-parole du diocèse argentin de San Rafael, le P. Antonio Alvarez, a expliqué que la décision de fermer le séminaire Santa Maria Madre de Dios, a été prise en raison de la désobéissance de la majorité du clergé de San Rafael, qui refuse de distribuer la sainte communion uniquement dans la main, ainsi que l’a décidé leur évêque.

Le P. Alvarez précise que « la décision n’a pas été prise par l’évêque mais sur instruction du Saint-Siège ». « Vu l’étendue de la désobéissance » d’une grande partie du clergé, dont nombre sont diplômés et dont plusieurs sont actuellement formateurs ou professeurs, Rome est intervenue.

« Comme première mesure, et non la seule, le Saint-Siège entend que le séminaire doit être fermé, et les séminaristes déplacés pour être libérés de cette influence et correctement formés pour le sacerdoce. » Selon lui, l’indiscipline est tellement généralisée qu’elle rend impossible de trouver parmi le clergé des formateurs pour le séminaire.

Cette décision en a surpris plus d’un. En effet, le séminaire Santa Maria Madre de Dios est le plus peuplé d’Argentine avec actuellement 39 séminaristes ; il a connu le plus grand nombre d’ordinations depuis sa fondation en 1984 ; il affiche enfin le taux le plus faible de désertion, puisqu’un seul prêtre a abandonné le sacerdoce au cours des quinze dernières années.

Un prêtre du diocèse a expliqué au journal Los Andes la position de ses confrères : « Ce n’est pas une désobéissance à l’Eglise puisque l’Eglise universelle permet aux fidèles de recevoir la communion dans la bouche ou dans la main ; c’est leur droit et on ne peut pas le leur refuser. Et il existe des moyens de remplir les consignes sanitaires sans porter atteinte à ce droit. Il s’agit seulement de s’opposer à une décision abusive de l’évêque ».

Mgr Taussig est évêque du diocèse de San Rafael depuis 2004. Il a été sacré évêque par le cardinal Bergoglio, alors archevêque de Buenos Aires. Sa devise épiscopale est : Paterna atque fraterna charitate, avec une charité paternelle et fraternelle… que son clergé a pu apprécier !

L'Eglise a raté son rendez-vous avec l'Histoire Les catholiques et l’avortement : piqûre de rappel.