Les manifs oui, le Fête-Dieu, non !

06/11/2020

Les manifs oui, le Fête-Dieu, non !

« Lorsque l’insolence de l’homme a obstinément rejeté Dieu, alors Dieu dit : Eh bien, que ta volonté soit faite ! Et le dernier fléau est lâché. Ce n’est pas la famine, ce n’est pas la peste, ce n’est pas la mort, c’est l’homme. Quand l’homme est livré à l’homme, alors on peut dire qu’il connaît la colère de Dieu. » (Louis Veuillot)

C’est par cette citation que JP Maugendre, président de Renaissance Catholique conclut un éditorial sur la Fête-Dieu qui n’aura pas lieu.

Extraits :

« En ce dimanche 14 juin aucune procession de la Fête-Dieu ne pourra avoir lieu, en application du décret interdisant les rassemblements de plus de dix personnes dans l’espace public. Le fidèle pratiquant de base avait déjà été un peu surpris d’observer que la manifestation, non autorisée de soutien à Adama Traoré du 2 juin, rassemblant 20 000 personnes, avait été, dans les faits, tolérée, aucune poursuite n’étant diligentée contre les organisateurs.

….

Interrogé sur RMC le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner vient, benoîtement, de déclarer que les manifestations à venir en soutien, à George Floyd et contre les violences policières, ne seraient pas autorisées mais qu’elles seraient tolérées et qu’il n’y aurait pas de sanctions (Ndlr : les sanctions et LBD, c’est bon pour les Gilets Jaunes !).
….

On ne sache pas que la Conférence des Evêques de France se soit, pour l’instant, élevée contre cette discrimination à l’encontre des croyants. Marcher pour Adama Traoré ou Georges Floyd, c’est interdit mais toléré. Marcher pour Jésus-Christ c’est interdit et ce sera verbalisé, voire dispersé par la force.
Après deux mois de quasi suppression du culte public voici l’heure de l’interdiction de la manifestation publique annuelle d’adoration de Jésus- Eucharistie. Ce serait être d’une confondante candeur que de croire que tout cela n’attirera pas sur nos sociétés la colère de Dieu. « On ne se moque pas de Dieu » (Gal, VI,7) Quand on croit avoir touché le fond de l’abjection avec l’avortement libre et gratuit, la promotion des unions contre nature, la marchandisation du vivant, etc. on découvre que les limites peuvent encore être repoussées.



Histoire de la Fête-Dieu, fête du Saint-Sacrement Mgr Vigano : Vatican II, le ver était dans le fruit.