Le catholicisme devient-il une religion de classe ?

06/09/2020

Le catholicisme devient-il une religion de classe ?

« On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas tout d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure. »
 Alain de Benoist répond à Nicolas Gauthier dans Bd Voltaire en nous livrant d'entrée cette citation de Bernanos.

Bien qu’ayant rompu avec le catholicisme il nous fait une analyse intéressante sur la mutation du catholicisme en France à l’aube de ce siècle. Pour lui, ni les assauts du relativisme, de l’hédonisme ni le concile Vatican II ne suffisent à expliquer son déclin ; il faut remonter bien en amont avec l’apparition de doctrines philosophiques individualistes. Mais surtout, il pointe l’effacement du monde rural.

Extraits :
« La cause la plus profonde de la « déchristianisation » est, à mon sens, la disparition du monde rural dans lequel, pendant des siècles, une religiosité populaire, souvent empreinte d’un paganisme résiduel, avait rythmé de façon massive la vie des hommes et l’alternance des saisons, constituant ainsi le socle de la vie et de la pratique chrétiennes.


Avec la fin du monde rural, le catholicisme français, qu’il soit traditionnel, libéral ou progressiste, a perdu, en se repliant sur les villes, le contact avec les couches populaires.

Le « catholicisme social », l’Action catholique, la JOC et la JEC, les « prêtres-ouvriers », tout cela est derrière nous, et même les patronages ont presque tous disparu. »

Tout le catholicisme populaire qui fournissait des bataillons de prêtres et de religieux s’est évaporé et est remplacé par les milieux de la bourgeoisie qui produit maintenant l’essentiel de ce qui reste des vocations sacerdotales.
Voici donc ce qu’analyse A. de Benoist.
On pourrait ajouter que ce qui reste des vocations sacerdotales vient effectivement de la bourgeoisie mais traditionaliste ou à tendance. Car, et c’est là le bémol, l’essentiel de la bourgeoisie catholique, comme nous l’a montré le résultat des élections à Versailles, a voté massivement pour Emmanuel Macron, défenseur de la GPA, de l’IVG, du choix du genre etc…

« Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé » Quand l’Eglise se rend à César